Blog & actualités

Projet FS Extracteur Isogeo ENSG

Entre mars et avril 2021, Isogeo a eu la chance de collaborer une fois de plus avec l’ENSG dans le cadre du projet de fin d’année du Master 2 Technologies des systèmes d'information (TSI). À cette occasion, 5 élèves du master ont travaillé en mode Agile sur un projet d’extracteur de données géographiques encadré par Julie Grosmaire et Simon Sampère.

Ce projet consistait à développer un outil web d’extraction multi-projection et multi-format d’entités géographiques filtrées issues de couches vecteurs publiées via des Web Feature Services ou Esri Feature Services. Il s'inscrit donc pleinement dans notre ligne directrice, la finalité étant de faciliter l’accès aux données géographiques fournies par les services OGC et ESRI de nos clients.

Nous exploitons déjà la possibilité de télécharger des données à partir de ces services mais l’objectif de ce projet était d’envisager l’étape supérieure qui consisterait à proposer :

  1. d’extraire seulement une partie des entités en les filtrant selon un critère attributaire ou spatial
  2. dans des formats et projections qui ne sont pas proposés par le service

Une étude de faisabilité complète

Pour Isogeo, ce projet s’inscrivait dans une démarche de R&D visant à étudier la possibilité d’intégrer l’extraction de données géographiques à notre solution. Il s’agissait tout d’abord de demander aux élèves de développer une application web complète permettant de :

  • visualiser des couches (WFS et EFS) dans une interface cartographique (OpenLayers) ;
  • filtrer les entités de ces couches sur la base de critères géographiques ou attributaires ;
  • extraire les entités filtrées dans différents formats et différentes projections.

logo_openlayers

Développer une telle application impliqua de mener différentes réflexions sur :

  • l’ergonomie d’une interface permettant de procéder à la visualisation de la donnée, au filtrage des entités, et à la configuration de l’extraction de manière intuitive ;
  • le choix des technologies à employer, en l'occurrence le front en JavaScript interagit avec une API en Python qui utilise GDAL;
  • les performances, en tenant compte notamment de l’API de géotraitement utilisée et de la puissance allouée à la machine virtuelle qui héberge le site web.

logo_gdal

 

Le fonctionnement de cet outil fait intervenir des traitements géographiques pour lesquels il fallait choisir une technologie. Ce choix a fait l'objet de la rédaction d’un état de l’art portant notamment sur la comparaison de GDAL et de GeoTools. C’est finalement la librairie Python GDAL/OGR qui a été retenue par les élèves. Au-delà du choix effectué dans ce cadre précis, obtenir cet état de l’art était important pour Isogeo dans l’optique de poursuivre la démarche de R&D en interne. Cela nous a déjà permis de nous rendre compte des possibilités et des limites qu’offre GDAL, en termes de fonctionnalités et de performances.

Une réussite technique et humaine

La quantité de travail impressionnante fournie par les élèves de l’ENSG (preuve en images ci-dessus) nous a permis de franchir une belle étape dans le cadre de ce projet R&D d’extraction de données géographiques. L’objectif n’était pas de disposer d’un nouveau produit commercialisable en l’état, mais plutôt d’expérimenter.

Nous disposons désormais d’une solide proof of concept et d’un état de l’art qui nous ont déjà permis d’initier une réflexion sur l'avenir de l'extraction au sein de la solution Isogeo. On pourrait par exemple y dédier une nouvelle applications tierces (comme nos Plugin & Widgets) ou bien l’intégrer comme une nouvelle fonctionnalité dans l’OpenCatalog ou dans le Portail. Quoi qu'il en soit, quand nous nous emparerons du sujet en interne, le travail réalisé par les élèves de l’ENSG nous fera gagner un temps précieux.

Au-delà du résultat en termes d'ingénierie, il est important de souligner les bénéfices humains retirés de ce projet. Ces bénéfices se traduisent notamment par la montée en puissance de Julie et Simon dans différents domaines qu’ils n’ont pas eu l’occasion d’explorer en tant que développeurs. Endosser le rôle de commanditaire leur a permis de se positionner davantage du côté du Product Owner et de développer de nouvelles capacités en management de projet.

Pour finir, en plus de l’application web et de l'état de l’art livrés par les élèves, cette collaboration avec l’ENSG était pour nous l’occasion d’apporter notre pierre à l’édifice de la géomatique française en contribuant activement à la formation de futurs géomaticiens. Nous avons offert à ces 5 étudiants la possibilité d’avoir un avant-goût du monde professionnel, en les faisant travailler sur les services géographiques qui confirment de plus en plus leur rôle de média incontournable de l’information géographique. C’est toujours un plaisir pour nous de jouer ce rôle dans le milieu de plus en plus grand de la géomatique française.

5 profils prometteurs recommandés par Isogeo

Saluons la belle gestion de projet en mode Agile qui a permis aux élèves de l’ENSG de fournir un travail de qualité en dépit de la distance séparant certains des participants.

Simon Sampère
Après une licence de Géographie, je poursuis mes études en cartographie et géomatique (master Carthagéo). Isogeo m'a donné l'opportunité de découvrir le développement informatique au cours d'un stage de fin d'étude avant de m'embaucher comme développeur. Contribuer à la solution Isogeo me permet de concilier intérêt pour la géomatique et attrait pour la technique en mettant mes compétences au service de l'accessibilité de l'information géographique.